Accord collectif national concernant les gérants non salariés des maisons d’alimentation à succursales, supermarchés, hypermarchés « gérants mandataires » du 18 juillet 1963

IDCC : 1314

Brochure n° : 3007

L’article de cette convention collective a été modifié :

Accord collectif national concernant les gérants non salariés des maisons d’alimentation à succursales, supermarchés, hypermarchés « gérants mandataires » du 18 juillet 1963. Mis à jour par accord du 24 septembre 1984. Etendu par arrêté du 25 avril 1985 JORF 14 mai 1985. Article 3

Accord collectif national concernant les gérants non salariés des maisons d’alimentation à succursales, supermarchés, hypermarchés « gérants mandataires » du 18 juillet 1963. Mis à jour par accord du 24 septembre 1984. Etendu par arrêté du 25 avril 1985 JORF 14 mai 1985. Obligation des entreprises en matière de formation Article 3

Versions de l’article

5 – Version en vigueur non étendue de l’article au 17/07/2015

A. ― Avant la signature du contrat

a) Formation préalable
Préalablement à la signature du contrat, les entreprises doivent assurer une formation gratuite des futurs gérants mandataires non salariés se déroulant au minimum sur 1 semaine.
Cette formation devra combiner une formation théorique et un entraînement pratique en succursale, axés sur le commerce en général et les spécificités du métier de gérant mandataire non salarié.
Les frais d’hébergement et de déplacement éventuels des candidats sont pris en charge suivant les règles en usage dans chaque société.
b) Information de base
Avant la signature du contrat, une information de base sera fournie au candidat qui comportera au moins :
― des données générales sur la société ;
― le chiffre d’affaires annuel réalisé au cours des deux derniers exercices écoulés par la succursale qu’il est envisagé de lui confier ;
― le cas échéant, le chiffre d’affaires que peut espérer réaliser le futur gérant mandataire non salarié ;
― la copie du contrat de mandat, laquelle devra être délivrée au moins 10 jours avant la date de son entrée en vigueur ;
― un exemplaire de l’accord collectif national ainsi que les annexes éventuelles « Retraite et prévoyance ».

Les futurs gérants mandataires non salariés se verront rappeler, d’une part, qu’ils disposent de toute la latitude, en vertu de l’article L. 7322-2 du code du travail, d’embaucher des salariés à leurs frais et sous leur entière responsabilité et, d’autre part, qu’ils pourront être amenés, le cas échéant, à reprendre des salariés présents dans la succursale dont ils accepteraient préalablement la gestion, cette reprise résultant de l’application des dispositions relatives au maintien des contrats de travail en cas de transfert d’entreprise.

B. ― Après la signature du contrat

Chaque personne dispose, dès son entrée sur le marché du travail et jusqu’à la retraite, d’un compte personnel de formation (CPF) qui contribue à l’acquisition d’un premier niveau de qualification ou au développement de ses compétences et de ses qualifications, en lui permettant, à son initiative, de bénéficier de formations.

Le présent article précise les modalités d’application particulières aux gérants mandataires non salariés des dispositions légales relatives au CPF, adaptées aux conditions spécifiques de leur métier, ceux-ci bénéficiant par ailleurs d’une formation complémentaire théorique et pratique lors de leur prise de gestion et d’une assistance commerciale et professionnelle pendant toute la durée d’exécution du contrat de gérant mandataire non salarié.

a) Formation complémentaire
Les gérants mandataires non salariés bénéficieront lors de leur prise de gestion d’une formation complémentaire théorique et pratique de 1 semaine minimum portant, notamment, sur :
― l’organisation personnelle ;
― le suivi du stock et la passation des commandes ;
― la tenue du livre de caisse ;
― la vérification des comptes de la succursale ;
― la législation et la réglementation applicables à leur activité.
La formation pratique sera axée principalement sur la gestion des produits frais (BOF, fruits et légumes…).

Si les gérants mandataires non salariés devaient, en application des dispositions relatives au maintien des contrats de travail en cas de transfert d’entreprise, avoir repris des salariés, l’entreprise se tiendra à leur disposition pour leur faire bénéficier, sans instructions personnelles de sa part, d’une formation spécifique adaptée aux gérants mandataires non salariés employeurs.
b) Assistance commerciale et professionnelle
Pendant toute la durée du contrat, à chaque fois que les gérants mandataires non salariés en feront la demande, les sociétés mettront à leur disposition leur expérience notamment un accompagnement adapté pour les gérants mandataires non salariés employeurs dans la gestion du personnel qu’ils auront repris ou fait le choix d’embaucher, à leurs frais et sous leur entière responsabilité.

Des modalités particulières de cet accompagnement pourront être fixées dans le cadre de négociations au niveau des entreprises, dans le respect des principes fondamentaux du statut fixé aux articles L. 7322-1 et suivants du code du travail.

1. Les sociétés mandantes mettent à la disposition des gérants mandataires non salariés, pendant toute la durée du contrat et à leur demande, leur expérience, en leur faisant bénéficier, le cas échéant, d’un perfectionnement professionnel afin d’assurer leur adaptation à l’introduction de nouvelles technologies ou à la commercialisation de nouveaux produits. En outre, pour contribuer à leurs chances de succès, chaque entreprise met en place à l’attention des nouveaux gérants mandataires non salariés une assistance commerciale et professionnelle particulière pendant le premier mois de gestion. Cette assistance sera poursuivie au plan administratif au moins jusqu’à l’arrêté de compte suivant le premier inventaire.

2. Tous les 2 ans, les gérants mandataires non salariés bénéficient s’ils le souhaitent d’un entretien avec un représentant de la société mandante ayant été formé à cet effet, consacré à leurs besoins de formation et, plus largement, à leurs perspectives professionnelles, étant rappelé, compte tenu des spécificités du métier qu’ils exercent, la liberté dont ils disposent en ce domaine.

Tous les 4 ans, il sera dressé un état des lieux récapitulant le parcours du gérant mandataire non salarié et des actions de formation dont il peut bénéficier, à son initiative, dans le cadre de son CPF.

c) Compte personnel de formation

Les parties au présent accord ont décidé d’instituer par la voie conventionnelle, au profit des gérants mandataires non salariés, des dispositions d’alimentation et d’utilisation de leur CPF, propres à leurs métier et statut. Ces dispositions se substituent, à compter du 1er janvier 2015, à celles relatives au droit individuel à la formation (DIF).

1. Chaque gérant mandataire non salarié sera informé, dans le mois suivant l’entrée en vigueur des dispositions du présent accord relatives au CPF, des droits qu’il aura définitivement acquis au titre du DIF au 31 décembre 2014 sur la base d’une conversion de 120 heures pour 12 jours acquis (au prorata en cas de droit incomplet). Ces droits pourront être utilisés, dans le cadre du CPF, jusqu’au 31 décembre 2020, date au-delà de laquelle ils seront définitivement perdus. Ils ne seront pas pris en compte pour l’appréciation du plafond de 150 heures visé au 2 du présent article. Pour le suivi d’une formation, ils pourront être, le cas échéant, complétés par les heures inscrites sur le CPF, dans la limite de 150 heures.

2. Les gérants mandataires non salariés étant libres dans l’organisation de l’exercice personnel de leur activité professionnelle, leur CPF est alimenté selon une base forfaitaire annuelle de 24 heures jusqu’à 120 heures, puis sur une base forfaitaire annuelle de 12 heures, dans la limite d’un plafond total de 150 heures.

3. La mise en œuvre du CPF relève de l’initiative du gérant mandataire non salarié, qui devra s’assurer que la formation qu’il souhaite suivre est éligible à la mobilisation de son CPF. Le gérant mandataire non salarié qui souhaite suivre une formation doit prendre les mesures nécessaires pour que la gestion du magasin qui lui a été confiée, conjointement ou pas avec d’autres gérants mandataires non salariés, soit maintenue dans les conditions figurant au présent accord et à son contrat de mandat. Il perçoit, en plus de sa commission, une allocation forfaitaire égale à 1/600 des commissions perçues au cours de l’année civile précédente, par journée complète de formation, sur présentation d’un justificatif, c’est-à-dire d’une attestation de présence établie par l’organisme de formation.

4. Les parties signataires confient à la commission paritaire le soin d’élaborer, si besoin, une liste de certifications éligibles au CPF pour les gérants mandataires non salariés, en complément de celles déjà accessibles. Cette liste pourra être mise à jour par la commission paritaire aussi souvent que nécessaire.

d) Certificat de qualification professionnelle

Les signataires créent un certificat de qualification professionnelle gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire et valident son cahier des charges ; ils disposent d’un exemplaire des documents adoptés.
Celui-ci sera révisé et mis à jour paritairement chaque année, si nécessaire. Il définit la qualification de gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire, le plan de formation, les modalités de validation des acquis de l’expérience, ainsi que les situations d’évaluation requises pour la validation du CQP.
Une commission paritaire de validation du CQP est instituée. Son secrétariat est assuré par la FCD.

e) Financement

Les parties signataires rappellent l’adhésion des entreprises mandantes au FORCO, OPCA du commerce et de la distribution.

Elles lui versent une contribution obligatoire unique de 1 %, assise sur les commissions de l’année de référence versées aux gérants mandataires non salariés.

L’OPCA consacre une partie de cette contribution, correspondant au moins à 0,2 % des commissions de l’année de référence, au financement des actions de formation suivies par les gérants mandataires non salariés dans le cadre du CPF.

Dès lors qu’un gérant mandataire non salarié souhaite préparer le CQP de gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire grâce à son CPF, mais que le nombre d’heures qu’il détient n’est pas suffisant, les parties signataires demandent au FORCO d’abonder, à hauteur du complément d’heures manquant, grâce aux fonds mutualisés du CPF disponibles au sein de l’OPCA.

Les sociétés mandantes ont toutefois la possibilité de conclure, pour une durée de 3 ans, un accord prévoyant le financement du CPF, en vertu duquel elles s’engagent à consacrer à ce dispositif au moins 0,2 % des commissions de l’année de référence versées à ses gérants mandataires non salariés. Dans ce cas, elles versent à l’OPCA une contribution unique réduite à 0,8 %, assise sur les commissions de l’année de référence versées aux gérants mandataires non salariés.


4 – Version modifiée de l’article du 01/01/2015 au 17/07/2015

Les gérants mandataires non salariés bénéficient des dispositions légales et conventionnelles en matière de formation professionnelle continue.

A. ― Avant la signature du contrat

a) Formation préalable
Préalablement à la signature du contrat, les entreprises doivent assurer une formation gratuite des futurs gérants mandataires non salariés se déroulant au minimum sur 1 semaine.
Cette formation devra combiner une formation théorique et un entraînement pratique en succursale, axés sur le commerce en général et les spécificités du métier de gérant mandataire non salarié.
Les frais d’hébergement et de déplacement éventuels des candidats sont pris en charge suivant les règles en usage dans chaque société.
b) Information de base
Avant la signature du contrat, une information de base sera fournie au candidat qui comportera au moins :
― des données générales sur la société ;
― le chiffre d’affaires annuel réalisé au cours des deux derniers exercices écoulés par la succursale qu’il est envisagé de lui confier ;
― le cas échéant, le chiffre d’affaires que peut espérer réaliser le futur gérant mandataire non salarié ;
― la copie du contrat de mandat, laquelle devra être délivrée au moins 10 jours avant la date de son entrée en vigueur ;
― un exemplaire de l’accord collectif national ainsi que les annexes éventuelles « Retraite et prévoyance ».

Les futurs gérants mandataires non salariés se verront rappeler, d’une part, qu’ils disposent de toute la latitude, en vertu de l’article L. 7322-2 du code du travail, d’embaucher des salariés à leurs frais et sous leur entière responsabilité et, d’autre part, qu’ils pourront être amenés, le cas échéant, à reprendre des salariés présents dans la succursale dont ils accepteraient préalablement la gestion, cette reprise résultant de l’application des dispositions relatives au maintien des contrats de travail en cas de transfert d’entreprise.

B. ― Après la signature du contrat

a) Formation complémentaire
Les gérants mandataires non salariés bénéficieront lors de leur prise de gestion d’une formation complémentaire théorique et pratique de 1 semaine minimum portant, notamment, sur :
― l’organisation personnelle ;
― le suivi du stock et la passation des commandes ;
― la tenue du livre de caisse ;
― la vérification des comptes de la succursale ;
― la législation et la réglementation applicables à leur activité.
La formation pratique sera axée principalement sur la gestion des produits frais (BOF, fruits et légumes…).

Si les gérants mandataires non salariés devaient, en application des dispositions relatives au maintien des contrats de travail en cas de transfert d’entreprise, avoir repris des salariés, l’entreprise se tiendra à leur disposition pour leur faire bénéficier, sans instructions personnelles de sa part, d’une formation spécifique adaptée aux gérants mandataires non salariés employeurs.
b) Assistance commerciale et professionnelle
Pendant toute la durée du contrat, à chaque fois que les gérants mandataires non salariés en feront la demande, les sociétés mettront à leur disposition leur expérience notamment un accompagnement adapté pour les gérants mandataires non salariés employeurs dans la gestion du personnel qu’ils auront repris ou fait le choix d’embaucher, à leurs frais et sous leur entière responsabilité.

Des modalités particulières de cet accompagnement pourront être fixées dans le cadre de négociations au niveau des entreprises, dans le respect des principes fondamentaux du statut fixé aux articles L. 7322-1 et suivants du code du travail.
En outre, chaque entreprise mettra en place à l’intention des nouveaux gérants mandataires non salariés, afin de favoriser leurs chances de succès, une assistance commerciale et professionnelle particulière pendant le premier mois de gestion. Cette assistance sera poursuivie au plan administratif au moins jusqu’à l’arrêté de compte suivant le premier inventaire.A cette occasion, il sera procédé à l’évaluation de l’activité professionnelle depuis l’entrée en fonction.
c) Perfectionnement professionnel
Les gérants mandataires non salariés bénéficieront, au cours de leur carrière, du perfectionnement professionnel qui pourra être nécessité, notamment par l’introduction de nouvelles technologies ou la commercialisation de nouveaux produits.

C. ― Droit individuel à la formation (DIF)

Chaque année, tout gérant mandataire non salarié comptant une année d’ancienneté dans la fonction au 31 décembre acquiert à cette date un droit individuel à la formation d’une durée de 2 jours.
a) La mise en oeuvre du DIF relève de l’initiative du gérant mandataire non salarié.L’action réalisée au titre du DIF, de promotion, d’acquisition, entretien, perfectionnement des connaissances, ou de qualification, relève prioritairement des thèmes suivants :
― développer les compétences dans le domaine de l’accueil clients, du conseil et de la vente ;
― accroître les compétences dans le domaine du produit ;
― renforcer les compétences en gestion, commerce et merchandising ;
― développer la fonction tutorale ;
― développer les compétences managériales ;
― l’outil informatique ;
― préparer le CQP prévu au D de cet article.
Les signataires insistent sur l’importance du dialogue et de la concertation entre la société mandante et le gérant mandataire non salarié, pour la mise en oeuvre du DIF.
b) Le gérant mandataire non salarié communique sa demande précise par écrit (intitulé de l’action, organisme de formation, dates et durée, lieu, coût) à la société mandante qui dispose d’un délai de 1 mois à réception dudit document pour notifier sa réponse.L’absence de réponse de la société mandante vaut acceptation.
c) Chaque action de formation réalisée dans le cadre du DIF s’impute en déduction du nombre de jours de formation disponibles au titre du DIF, dont les droits acquis au 31 décembre de chaque année peuvent être cumulés sur une durée de 6 ans. Au terme de ce délai de 6 ans, et à défaut de son utilisation en tout ou partie, le DIF reste plafonné à 12 jours.
d) Les frais de formation et d’accompagnement sont à la charge de la société mandante, ainsi que les éventuels frais de transport, d’hébergement et de repas, suivant le barème défini à l’article 40 de l’accord collectif.
e) Le gérant mandataire non salarié qui met en oeuvre son DIF doit prendre les mesures nécessaires pour que le magasin qui lui est confié reste ouvert et soit géré normalement. Il perçoit, en plus de sa commission, une allocation forfaitaire égale à 1 / 600 des commissions perçues au cours de l’année civile précédente, par journée complète de formation.
f) La société mandante informe au moins une fois par an et par tout document écrit de son choix le gérant mandataire non salarié du nombre de jours acquis annuellement au titre du droit individuel à la formation.
g) Le gérant mandataire non salarié dont le contrat est rompu conformément à l’article 14 de l’accord collectif national, peut, sauf faute grave, demander à suivre, dans la limite de ses droits acquis au titre du DIF, une action de bilan de compétences, de VAE ou de formation même si elle ne fait pas partie des priorités fixées à l’article 2. 1.
Les droits acquis au titre du DIF n’ayant pas été utilisés au terme de la durée du contrat sont liquidés.
La spécificité des fonctions du gérant mandataire non salarié ne permet pas la réalisation de l’entretien professionnel avec un représentant de la société mandante. Cependant, un échange entre le gérant mandataire non salarié et la société mandante sur les perspectives professionnelles de celui-ci est recommandé.
h) Les gérants mandataires non salariés présents au 31 décembre 2005 et comptant à cette date au moins 1 an d’ancienneté bénéficient de 2 jours de DIF au titre de l’année 2005.

D. ― Certificat de qualification professionnelle (CQP)

Les signataires créent un certificat de qualification professionnelle gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire et valident son cahier des charges ; ils disposent d’un exemplaire des documents adoptés.
Celui-ci sera révisé et mis à jour paritairement chaque année, si nécessaire. Il définit la qualification de gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire, le plan de formation, les modalités de validation des acquis de l’expérience, ainsi que les situations d’évaluation requises pour la validation du CQP.
Une commission paritaire de validation du CQP est instituée. Son secrétariat est assuré par la FCD.
Pour la première année de fonctionnement du dispositif CQP, les dossiers de validation doivent être adressés au secrétariat de la commission paritaire de validation, au plus tard le 30 novembre 2006. Une réunion de validation sera organisée dans le courant du premier trimestre 2007.

E. ― Adhésion au FORCO

Les parties signataires rappellent l’adhésion des entreprises mandantes au FORCO.
Elles lui versent :
― 0, 5 % des commissions de l’année de référence, pour le financement de l’ensemble des actions et dispositifs prévus par la loi ;
― 10 % au moins du 0, 9 % des commissions de l’année de référence au plus tard le 28 février de chaque année. Si elle le souhaite, l’entreprise peut confier au FORCO l’intégralité de son 0, 9 %, ou une part de celui-ci supérieure à 10 %. Elle verse en outre au FORCO l’intégralité des sommes correspondant au reliquat disponible au 31 décembre de chaque année. La notion de reliquat est entendue comme étant la différence entre le montant du 0, 9 % et celui des dépenses qu’elle a réalisées avant le 31 décembre de chaque année.


3 – Version modifiée de l’article du 15/11/2009 au 01/01/2015

Les gérants mandataires non salariés bénéficient des dispositions légales et conventionnelles en matière de formation professionnelle continue.

A. ― Avant la signature du contrat

a) Formation préalable
Préalablement à la signature du contrat, les entreprises doivent assurer une formation gratuite des futurs gérants mandataires non salariés se déroulant au minimum sur 1 semaine.
Cette formation devra combiner une formation théorique et un entraînement pratique en succursale, axés sur le commerce en général et les spécificités du métier de gérant mandataire non salarié.
Les frais d’hébergement et de déplacement éventuels des candidats sont pris en charge suivant les règles en usage dans chaque société.
b) Information de base
Avant la signature du contrat, une information de base sera fournie au candidat qui comportera au moins :
― des données générales sur la société ;
― le chiffre d’affaires annuel réalisé au cours des deux derniers exercices écoulés par la succursale qu’il est envisagé de lui confier ;
― le cas échéant, le chiffre d’affaires que peut espérer réaliser le futur gérant mandataire non salarié ;
― la copie du contrat de mandat, laquelle devra être délivrée au moins 10 jours avant la date de son entrée en vigueur ;
― un exemplaire de l’accord collectif national ainsi que les annexes éventuelles « Retraite et prévoyance ».

B. ― Après la signature du contrat

a) Formation complémentaire
Les gérants mandataires non salariés bénéficieront lors de leur prise de gestion d’une formation complémentaire théorique et pratique de 1 semaine minimum portant, notamment, sur :
― l’organisation personnelle ;
― le suivi du stock et la passation des commandes ;
― la tenue du livre de caisse ;
― la vérification des comptes de la succursale ;
― la législation et la réglementation applicables à leur activité.
La formation pratique sera axée principalement sur la gestion des produits frais (BOF, fruits et légumes…).
b) Assistance commerciale et professionnelle
Pendant toute la durée du contrat, à chaque fois que les gérants mandataires non salariés en feront la demande, les sociétés mettront à leur disposition leur expérience.
En outre, chaque entreprise mettra en place à l’intention des nouveaux gérants mandataires non salariés, afin de favoriser leurs chances de succès, une assistance commerciale et professionnelle particulière pendant le premier mois de gestion. Cette assistance sera poursuivie au plan administratif au moins jusqu’à l’arrêté de compte suivant le premier inventaire.A cette occasion, il sera procédé à l’évaluation de l’activité professionnelle depuis l’entrée en fonction.
c) Perfectionnement professionnel
Les gérants mandataires non salariés bénéficieront, au cours de leur carrière, du perfectionnement professionnel qui pourra être nécessité, notamment par l’introduction de nouvelles technologies ou la commercialisation de nouveaux produits.

C. ― Droit individuel à la formation (DIF)

Chaque année, tout gérant mandataire non salarié comptant une année d’ancienneté dans la fonction au 31 décembre acquiert à cette date un droit individuel à la formation d’une durée de 2 jours.
a) La mise en oeuvre du DIF relève de l’initiative du gérant mandataire non salarié.L’action réalisée au titre du DIF, de promotion, d’acquisition, entretien, perfectionnement des connaissances, ou de qualification, relève prioritairement des thèmes suivants :
― développer les compétences dans le domaine de l’accueil clients, du conseil et de la vente ;
― accroître les compétences dans le domaine du produit ;
― renforcer les compétences en gestion, commerce et merchandising ;
― développer la fonction tutorale ;
― développer les compétences managériales ;
― l’outil informatique ;
― préparer le CQP prévu au D de cet article.
Les signataires insistent sur l’importance du dialogue et de la concertation entre la société mandante et le gérant mandataire non salarié, pour la mise en oeuvre du DIF.
b) Le gérant mandataire non salarié communique sa demande précise par écrit (intitulé de l’action, organisme de formation, dates et durée, lieu, coût) à la société mandante qui dispose d’un délai de 1 mois à réception dudit document pour notifier sa réponse.L’absence de réponse de la société mandante vaut acceptation.
c) Chaque action de formation réalisée dans le cadre du DIF s’impute en déduction du nombre de jours de formation disponibles au titre du DIF, dont les droits acquis au 31 décembre de chaque année peuvent être cumulés sur une durée de 6 ans. Au terme de ce délai de 6 ans, et à défaut de son utilisation en tout ou partie, le DIF reste plafonné à 12 jours.
d) Les frais de formation et d’accompagnement sont à la charge de la société mandante, ainsi que les éventuels frais de transport, d’hébergement et de repas, suivant le barème défini à l’article 40 de l’accord collectif.
e) Le gérant mandataire non salarié qui met en oeuvre son DIF doit prendre les mesures nécessaires pour que le magasin qui lui est confié reste ouvert et soit géré normalement. Il perçoit, en plus de sa commission, une allocation forfaitaire égale à 1 / 600 des commissions perçues au cours de l’année civile précédente, par journée complète de formation.
f) La société mandante informe au moins une fois par an et par tout document écrit de son choix le gérant mandataire non salarié du nombre de jours acquis annuellement au titre du droit individuel à la formation.
g) Le gérant mandataire non salarié dont le contrat est rompu conformément à l’article 14 de l’accord collectif national, peut, sauf faute grave, demander à suivre, dans la limite de ses droits acquis au titre du DIF, une action de bilan de compétences, de VAE ou de formation même si elle ne fait pas partie des priorités fixées à l’article 2. 1.
Les droits acquis au titre du DIF n’ayant pas été utilisés au terme de la durée du contrat sont liquidés.
La spécificité des fonctions du gérant mandataire non salarié ne permet pas la réalisation de l’entretien professionnel avec un représentant de la société mandante. Cependant, un échange entre le gérant mandataire non salarié et la société mandante sur les perspectives professionnelles de celui-ci est recommandé.
h) Les gérants mandataires non salariés présents au 31 décembre 2005 et comptant à cette date au moins 1 an d’ancienneté bénéficient de 2 jours de DIF au titre de l’année 2005.

D. ― Certificat de qualification professionnelle (CQP)

Les signataires créent un certificat de qualification professionnelle gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire et valident son cahier des charges ; ils disposent d’un exemplaire des documents adoptés.
Celui-ci sera révisé et mis à jour paritairement chaque année, si nécessaire. Il définit la qualification de gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire, le plan de formation, les modalités de validation des acquis de l’expérience, ainsi que les situations d’évaluation requises pour la validation du CQP.
Une commission paritaire de validation du CQP est instituée. Son secrétariat est assuré par la FCD.
Pour la première année de fonctionnement du dispositif CQP, les dossiers de validation doivent être adressés au secrétariat de la commission paritaire de validation, au plus tard le 30 novembre 2006. Une réunion de validation sera organisée dans le courant du premier trimestre 2007.

E. ― Adhésion au FORCO

Les parties signataires rappellent l’adhésion des entreprises mandantes au FORCO.
Elles lui versent :
― 0, 5 % des commissions de l’année de référence, pour le financement de l’ensemble des actions et dispositifs prévus par la loi ;
― 10 % au moins du 0, 9 % des commissions de l’année de référence au plus tard le 28 février de chaque année. Si elle le souhaite, l’entreprise peut confier au FORCO l’intégralité de son 0, 9 %, ou une part de celui-ci supérieure à 10 %. Elle verse en outre au FORCO l’intégralité des sommes correspondant au reliquat disponible au 31 décembre de chaque année. La notion de reliquat est entendue comme étant la différence entre le montant du 0, 9 % et celui des dépenses qu’elle a réalisées avant le 31 décembre de chaque année.


2 – Version modifiée de l’article du 17/02/2006 au 15/11/2009

Historique : Modifié par Avenant n° 48 du 17 février 2006 art. 2 BO conventions collectives 2006-25.<RL

Les gérants mandataires bénéficient des dispositions légales et conventionnelles en matière de formation professionnelle continue.
A. – Avant la signature du contrat

a) Formation préalable.

Préalablement à la signature du contrat, les entreprises doivent assurer une formation gratuite des futurs gérants se déroulant au maximum sur une semaine.

Cette formation devra combiner une formation théorique et un entraînement pratique en succursale axés sur le commerce en général et les spécificités du métier de gérant.

Les frais d’hébergement et de déplacement éventuels des candidats sont pris en charge suivant les règles en usage dans chaque société.

b) Information de base.

Avant la signature du contrat, une information de base sera fournie au candidat qui comportera au moins :

– des données générales sur la société ;

– le chiffre d’affaires annuel réalisé au cours des deux derniers exercices écoulés par la succursale qu’il est envisagé de lui confier ;

– le cas échéant, le chiffre d’affaires que peut espérer réaliser le futur gérant ;

– la copie du contrat de mandat, laquelle devra être délivrée au moins dix jours avant la date de son entrée en vigueur ;

– un exemplaire de l’accord collectif national ainsi que des annexes éventuelles  » retraite et prévoyance « .
B. – Après la signature du contrat

a) Formation complémentaire.

Les gérants bénéficieront lors de leur prise de gestion d’une formation professionnelle théorique et pratique d’une semaine minimum portant, notamment, sur :

– l’organisation personnelle ;

– le suivi du stock et la passation des commandes ;

– la tenue du livre de caisse ;

– la vérification des comptes de la succursale ;

– la législation et la réglementation applicables à leur activité.

La formation pratique sera axée principalement sur la gestion des produits frais (B.O.F., fruits et légumes, etc.).

b) Assistance commerciale et professionnelle.

Pendant toute la durée du contrat, à chaque fois que les gérants en feront la demande, les sociétés mettront à leur disposition leur expérience.

En outre, chaque entreprise mettra en place à l’intention des nouveaux gérants, afin de favoriser leurs chances de succès, une assistance commerciale et professionnelle particulière pendant le premier mois de gestion. Cette assistance sera poursuivie au plan administratif au moins jusqu’à l’arrêté de compte suivant le premier inventaire. A cette occasion, il sera procédé à l’évaluation de l’activité professionnelle depuis l’entrée en fonctions.

c) Perfectionnement professionnel.

Les gérants bénéficieront, au cours de leur carrière, du perfectionnement professionnel qui pourra être nécessité, notamment par l’introduction de nouvelles technologies ou la commercialisation de nouveaux produits.
C. – Droit individuel à la formation (DIF)

Chaque année, tout gérant mandataire non salarié comptant 1 année d’ancienneté dans la fonction au 31 décembre acquiert, à cette date, un droit individuel à la formation d’une durée de 2 jours.

C.1. – La mise en oeuvre du DIF relève de l’initiative du gérant mandataire non salarié. L’action réalisée au titre du DIF, de promotion, d’acquisition-entretien-perfectionnement des connaissances ou de qualification, relève prioritairement des thèmes suivants :

– développer les compétences dans le domaine de l’accueil clients, du conseil et de la vente ;

– accroître les compétences dans le domaine du produit ;

– renforcer les compétences en gestion, commerce et merchandising ;

– développer la fonction tutorale ;

– développer les compétences managériales ;

– préparer le CQP prévu à l’article 2 ci-après.

Les signataires insistent sur l’importance du dialogue et de la concertation entre la société mandante et le gérant mandataire non salarié, pour la mise en oeuvre du DIF.

C.2. – Le gérant mandataire non salarié communique sa demande précise par écrit (intitulé de l’action, organisme de formation, dates et durée, lieu, coût) à la société mandante qui dispose d’un délai de 1 mois à réception dudit document pour notifier sa réponse. L’absence de réponse de la société mandante vaut acceptation.

C.3. – Chaque action de formation réalisée dans le cadre du DIF s’impute en déduction du nombre de jours de formation disponibles au titre du DIF, dont les droits acquis au 31 décembre de chaque année peuvent être cumulés sur une durée de 6 ans. Au terme de ce délai de 6 ans, et à défaut de son utilisation en tout ou partie, le DIF reste plafonné à 12 jours.

C.4. – Les frais de formation et d’accompagnement sont à la charge de la société mandante, ainsi que les éventuels frais de transport, d’hébergement et de repas, suivant le barème défini à l’article 40 de l’accord collectif.

C.5. – Le gérant mandataire non salarié qui met en oeuvre son DIF doit prendre les mesures nécessaires pour que le magasin qui lui est confié reste ouvert et soit géré normalement. Il perçoit, en plus de sa commission, une allocation forfaitaire égale à 1/600 des commissions perçues au cours de l’année civile précédente, par journée complète de formation.

C.6. – La société mandante informe au moins une fois par an et par tout document écrit de son choix le gérant mandataire non salarié du nombre de jours acquis annuellement au titre du droit individuel à la formation.

C.7. – Le gérant mandataire non salarié dont le contrat est rompu, conformément à l’article 14 de l’accord collectif national, peut, sauf faute grave, demander à suivre, dans la limite de ses droits acquis au titre du DIF, une action de bilan de compétences, de VAE ou de formation même si elle ne fait pas partie des priorités fixées à l’article 2.1.

Les droits acquis au titre du DIF n’ayant pas été utilisés au terme de la durée du contrat sont liquidés.

La spécificité des fonctions du gérant mandataire non salarié ne permet pas la réalisation de l’entretien professionnel avec un représentant de la société mandante. Cependant, un échange entre le gérant mandataire non salarié et la société mandante sur les perspectives professionnelles de celui-ci est recommandé.

C.8. – Les gérants présents au 31 décembre 2005 et comptant à cette date au moins 1 an d’ancienneté bénéficient de 2 jours de DIF au titre de l’année 2005.
D. – Certificat de qualification professionnelle (CQP)

Les signataires créent un certificat de qualification professionnelle gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire et valident son cahier des charges ; ils disposent d’un exemplaire des documents adoptés.

Celui-ci sera révisé et mis à jour paritairement chaque année, si nécessaire. Il définit la qualification de gérant mandataire non salarié de commerce de proximité à prédominance alimentaire, le plan de formation, les modalités de validation des acquis de l’expérience, ainsi que les situations d’évaluation requises pour la validation du CQP.

Une commission paritaire de validation du CQP est instituée. Son secrétariat est assuré par la FCD.

Pour la première année de fonctionnement du dispositif CQP, les dossiers de validation dovient être adressés au secrétariat de la commission paritaire de validation, au plus tard le 30 novembre 2006. Une réunion de validation sera organisée dans le courant du premier trimestre 2007.
E. – Adhésion au FORCO

Les parties signataires rappellent l’adhésion des entreprises mandantes au FORCO.

Elles lui versent :

– 0,5 % des commissions de l’année de référence, pour le financement de l’ensemble des actions et dispositifs prévus par la loi ;

– 10 % au moins du 0,9 % des commissions de l’année de référence au plus tard le 28 février de chaque année. Si elle le souhaite, l’entreprise peut confier au FORCO l’intégralité de son 0,9 %, ou une part de celui-ci supérieure à 10 %. Elle verse en outre au FORCO l’intégralité des sommes corespondant au reliquat disponible au 31 décembre de chaque année. La notion de reliquat est entendue comme étant la différence entre le montant du 0,9 % et celui des dépenses qu’elle a réalisées avant le 31 décembre de chaque année.


1 – Version en vigueur étendue de l’article au 01/07/1984

Les gérants mandataires bénéficient des dispositions légales et conventionnelles en matière de formation professionnelle continue.
A. – Avant la signature du contrat

a) Formation préalable.

Préalablement à la signature du contrat, les entreprises doivent assurer une formation gratuite des futurs gérants se déroulant au maximum sur une semaine.

Cette formation devra combiner une formation théorique et un entraînement pratique en succursale axés sur le commerce en général et les spécificités du métier de gérant.

Les frais d’hébergement et de déplacement éventuels des candidats sont pris en charge suivant les règles en usage dans chaque société.

b) Information de base.

Avant la signature du contrat, une information de base sera fournie au candidat qui comportera au moins :

– des données générales sur la société ;

– le chiffre d’affaires annuel réalisé au cours des deux derniers exercices écoulés par la succursale qu’il est envisagé de lui confier ;

– le cas échéant, le chiffre d’affaires que peut espérer réaliser le futur gérant ;

– la copie du contrat de mandat, laquelle devra être délivrée au moins dix jours avant la date de son entrée en vigueur ;

– un exemplaire de l’accord collectif national ainsi que des annexes éventuelles  » retraite et prévoyance « .
B. – Après la signature du contrat

a) Formation complémentaire.

Les gérants bénéficieront lors de leur prise de gestion d’une formation professionnelle théorique et pratique d’une semaine minimum portant, notamment, sur :

– l’organisation personnelle ;

– le suivi du stock et la passation des commandes ;

– la tenue du livre de caisse ;

– la vérification des comptes de la succursale ;

– la législation et la réglementation applicables à leur activité.

La formation pratique sera axée principalement sur la gestion des produits frais (B.O.F., fruits et légumes, etc.).

b) Assistance commerciale et professionnelle.

Pendant toute la durée du contrat, à chaque fois que les gérants en feront la demande, les sociétés mettront à leur disposition leur expérience.

En outre, chaque entreprise mettra en place à l’intention des nouveaux gérants, afin de favoriser leurs chances de succès, une assistance commerciale et professionnelle particulière pendant le premier mois de gestion. Cette assistance sera poursuivie au plan administratif au moins jusqu’à l’arrêté de compte suivant le premier inventaire. A cette occasion, il sera procédé à l’évaluation de l’activité professionnelle depuis l’entrée en fonctions.

c) Perfectionnement professionnel.

Les gérants bénéficieront, au cours de leur carrière, du perfectionnement professionnel qui pourra être nécessité, notamment par l’introduction de nouvelles technologies ou la commercialisation de nouveaux produits.


Pas de commentaire.

Laisser un commentaire.